April 23, 2021

La Troisième Force

Chers lecteurs, commençons par quelque chose de personnel.

Je veux vous parler de résistance. La résistance, c'est ce que les gens ressentent lorsqu'ils ne peuvent simplement pas faire face à ce qui doit être fait. Quelque chose d'important se trouve droit devant eux, mais c'est tellement effrayant, tellement terrifiant par ses impacts dans leur mode de vie confortable, qu'ils ne peuvent pas y faire face. Ils résistent. Plus la peur est grande, plus la résistance est grande. Plus ils savent au fond d'eux-mêmes que ça doit arriver, plus ils résistent.

La résistance nous saisit lorsque le plus profond de notre âme reconnait l'importance de l'enjeu.

Comme maintenant. Dans le monde. Une convergence de problèmes créés par les humains qui nous ont amenés au bord du chaos total. C'est une crise existentielle tellement énorme, écrasante et merdique qu'on ne peut pas la voir pour ce qu'elle est. Parfois, ça prend une métaphore.

Je me souviens de l’expérience sur les souris de John B. Calhoun, il y a de ça 60 ans. Il était éthologue, et un jour, il construisit un enclos métallique dans le jardin d'un voisin dans une banlieue du Maryland, près de l'Institut national de la santé mentale où il travaillait. Il y a laissé quatre paires de souris reproductrices.

Au début, elles ont prospéré. Mais alors que leur nombre ne cessait de croître, dans cet espace limité, elles ont commencé à agir de façon étrange. Elles se sont retournées les unes contre les autres. Les mâles dominants ont formé des gangs itinérants qui attaquaient les autres. Les mères ont abandonné leurs petits. Les souris les plus faibles arrêtaient de manger et mouraient. D'autres se sont transformées en cannibales, se régalant des morts.

Et les souris survivantes ne sont jamais redevenues tout à fait bien. Quelque chose leur était arrivé. Elles n'étaient plus vraiment des souris. Celles qui n'étaient pas mortes physiquement étaient mortes « spirituellement », a expliqué le Dr Calhoun.

C'est évident là où je veux en venir, mais je vais quand même le dire : Nous sommes ces souris. Nous sommes huit milliards et plus, dans un enclos expérimental appelé Planète Terre.

Les écosystèmes s’effondrent. Les structures sociales tombent. Nous nous sommes polarisés en deux camps férocement opposés. Les gangs errent augmentent dans un nombre croissant d'États en déliquescence. Une course folle est en cours pour ce qui reste des ressources de la planète. Et dernièrement : des choses folles et brutales. La montée de monstres maléfiques comme Assad, Sisi et MBS. Le viol et la torture sont maintenant utilisés régulièrement comme armes de guerre.

Nous sommes en chute libre vers un avenir catastrophique, où tout est permis.

La Troisième Guerre mondiale sera incomparable à la Deuxième Guerre mondiale. Elle sera désintégrée, invisible, et partout. Elle va commencer — certains disent qu’elle l’est déjà - avec des escarmouches éclatent dans les régions défavorisées du monde. Avec la hausse de la température et l'effondrement des systèmes naturels, il va y avoir des pénuries et des émeutes de la faim. Le nombre d’États en déliquescence va passer du chiffre actuel de 20, à 30, puis 40 puis 50 et plus. Des réfugiés par millions vont d’abord mendier, puis se battre pour se frayer un chemin aux quatre coins du monde riche.

Et après, dans un moment de vérité géopolitique, un conflit va s'escalader pour devenir hors de contrôle en Mer de Chine méridionale. Ou bien Israël va soudainement prendre les installations nucléaires de l’Iran. Ou bien le Pakistan, empêchant d’accéder au Gange, va lancer une attaque nucléaire contre l’Inde. Alors là, la fin du jeu planétaire va vraiment commencer. La colère va s’enflammer même dans les esprits les plus tranquilles. Tout va dégénérer. Et personne ne sera en mesure de contrôler quoi que ce soit. Des centaines de millions vont périr dans une extinction mondiale et ceux qui vont rester glisseront dans une très longue ère de noirceur.

Ceci n’est pas une hyperbole. Nous sommes à un point de basculement planétaire. Le sort de notre expérience de six millions d’années sur la planète Terre est en jeu, si seulement nous avions la clarté d’esprit pour le voir.

Les choses peuvent aller dans les deux sens. Pour l'instant, c'est pile ou face.

Mais, ce mot « résistance » a une autre définition. Une définition plus positive. Cette dernière est une sorte de mouvement social.

On y pense souvent en contexte de guerre. La « résistance » est une vague de personnes qui s’organisent et se battent pour renverser une puissance militaire occupante — pensez à la résistance intérieure française contre les nazis.

Mais ce genre de résistance arrive aussi en temps de paix. Il s’agit simplement de la lutte par une partie importante de la population contre des circonstances devenues intolérables. La figure d'autorité ou le système au pouvoir a montré, par sa corruption, son incompétence ou les dommages graves qu'il a causés, qu'il a perdu tout droit à cette autorité.

Quand la résistance qui renverse le paradigme est non-violente, c’est un peu comme une épreuve de judo diabolique. Tout le monde en sort vivant, mais changé.

Nous assistons aujourd'hui à la naissance d'un nouveau type de résistance, un mouvement qui opère complètement en dehors des frontières géographiques et des structures politiques. Une Troisième Force.

Les gens se rassemblent en ligne et mettent sur pieds ensemble de nouvelles façons d’influencer les politiques, d'exercer le pouvoir et de se gouverner. Nous allons au-delà de tout paradigme de politique nationale et commençons à penser et à agir comme une communauté mondiale.

Nous sommes les durs à cuire, les soignants, les brouilleurs de culture. Ceux qui se sont fait malmener et qui ont attendu pour notre propre argent. Ceux qui ont gravi les montagnes, mangé les champignons, piétiné l'herbe. Ceux qui se sont balancés sur les ponts, qui ont distribué des tracts dans les quartiers, qui ont lancé des bombes lacrymogènes aux voyous. Ceux qui ont acheté une banane à un enfant au hasard. Ceux qui ont pleuré toutes les larmes de leur corps la nuit où Charlie Parker est mort.

Nous sommes les artistes, les poètes, les philosophes et les punks.

Les vétérinaires sans abri, les femmes violées, les réfugiées qui flottent sur l’océan. Les "déplorables" qui viennent à l'esprit quand le poète dit : tout le monde meurt, mais tout le monde ne vit pas.

La Troisième Force est la voix la plus diverse et la plus démocratique que le monde n’ait jamais entendue — vraiment la seule à défendre les intérêts de tous. Nous jouons une musique plus vraie, comme une immense chorale de chanteurs non entraînés qui, collectivement, s'accordent. C’est la musique de personne en particulier, mais de la planète en général.

Nous sommes le grand cri.

Nous ne sommes pas un parti politique. Personne n’a voté pour nous. Nous ne nous identifions pas à la Gauche ou la Droite.

Comme chaque percée se doit d’être, nous sommes une synthèse d’opposés. À partir de maintenant, la politique ne sera plus l’habituelle bataille entre les ombres idéologiques. Un troisième acteur avec un ordre du jour radicalement nouveau s’est joint au combat.

La politique ressemblera à ceci:

Nos gouvernements élus, les Nations Unies, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international, etc. vont continuer à gouverner comme ils l’ont toujours fait. Ils vont construire les autoroutes, collecter les impôts, gérer les tribunaux, livrer le courrier. Mais, maintenant, ils vont devoir faire face à cette nouvelle voix silencieuse qui exige des transformations systémiques sur de multiples fronts.

Quand nous, le peuple, sentons que nos dirigeants n’accordent pas l’attention, qu'ils ne font pas les choses correctement, qu'ils dévient de leur trajectoire ; quand l’écart entre les riches et les pauvres devient trop grand ; lorsque les entreprises deviennent trop arrogantes, Wall Street trop avide, le secret trop omniprésent, la surveillance trop invasive et les agents de recouvrement trop impolis ; quand les normes, les valeurs et les préceptes de notre mode de vie sont violés . . . c’est à ce moment-là que nous, le peuple, nous rassemblerons pour remettre les choses en ordre.

Notre pouvoir réside dans notre nombre. Rassemblez suffisamment de personnes — des gens ordinaires avec leurs manches retroussées et leurs pieds enflés à force de rester debout toute la journée — et leurs cris deviennent une sorte de signal de rassemblement. Comme la réponse aux spasmes du système immunitaire mondial, déclenché par une insulte massive à la planète elle-même.

La Troisième Force est un nouveau « groupement évolutionnaire », un groupe qui se forme lorsque les conditions historiques sont réunies, parce qu'il le faut, pour accélérer le changement et donner une chance à l'humanité. La différence, cette fois, c'est que les résurgents disposent d'un nouvel outil, le premier téléphone arabe qui couvre le monde entier.

L’Internet a inversé une dynamique de pouvoir vieille de plusieurs siècles. Les plateformes de médias sociaux sont maintenant le troisième bras de la démocratie, au même titre que la loi et la séparation des pouvoirs du gouvernement. Ce n’est pas inconcevable que, d’ici quelques années, des millions de personnes convergent vers des centaines de sites web militants comme abillionpeople.org. C’est assez pour lancer des boycottages massifs qui mettent à genoux les entreprises récalcitrantes. Assez pour organiser des moments de big-bang mondiaux où les gens sortent dans leurs villes pour exiger un changement systémique. Nous, le peuple, pouvons désormais mettre notre nez dans chaque débat politique, chaque élection, chaque décision du Conseil de sécurité des Nations unies, chaque conflit militaire.

Et nous pouvons pénétrer plus profondément encore, jusqu'au coeur battant de notre système mondial, en changeant les paradigmes, en inversant les flux financiers, en déclenchant des réformes, en empêchant les guerres.

La Troisième Force va graver ses initiales dans la culture avec ce nouvel outil — ce feu sacré que vous tenez dans la paume de vos mains.

Le Net est ce que nous en faisons. Il peut être un bourbier où l'on est aspiré, où l’on est soumis à l’agenda de quelqu’un d’autre pendant un certain temps et où l’on en ressort en se sentant diminué. Mais nous avons aussi vu des lueurs de ce que le Net peut faire quand il est exercé comme épée de résistance. La rapidité avec laquelle il peut provoquer une transformation sociale : Le Printemps arabe, #OccupyWallStreet, #MeToo, #BLM.

Nous apprenons tout juste à exploiter le pouvoir du Net. Pas de manière superficielle, en réagissant à toutes les quelques minutes au chaos, mais lentement — en apprenant à être des diplomates maintenant — en s'enfonçant dans les principes de base pour empêcher le chaos de se produire en premier lieu.

Si nous jouons bien le jeu, en gardant la clarté d’esprit, tout en restant libres, agiles, en improvisant des riffs, en étant des systémiciens de premier ordre, alors nous pouvons devenir la force politique dominante du 21e siècle.

L'Algorithme de la Révolution

Dana Meadows, la scientifique environnementale qui a coécrit Les Limites à la croissance, nous encourage à penser sous la surface. Dans son modèle de l'iceberg de la pensée systémique, les événements que nous voyons se dérouler, ceux qui font l'actualité, ne sont qu'une infime partie de la vie.

À un niveau plus bas : les tendances. Des modèles qui se répètent.

En dessous, ce sont les systèmes, les paradigmes et les cools.

L’iceberg entier a la forme d’un navet. Plus on s’enfonce vers les racines, plus on a de poids. Il faut exercer une pression à la base — au niveau de nos valeurs, de nos hypothèses et de nos croyances les plus ancrées — pour provoquer un changement significatif et durable.

Nous sommes en train de nous rendre compte que le monde fonctionne sur une poignée de préceptes largement incontestés.

La majorité d’entre nous tiennent pour acquis que les économistes savent ce qu’ils font. Que les instruments financiers toxiques comme les produits dérivés et les contrats d’échange sur défaut sont des affaires courantes. Que les transactions à haute fréquence sont un moyen efficace de gérer les Bourses dans le monde. Que l’argent peut circuler librement à travers les frontières, mais pas les gens. Que la publicité est inoffensive. Que la confidentialité est une partie normale de la démocratie. Que le commerce des armes ne peut pas être arrêté. Que, quel que soit le crime odieux commis par une société, elle est intouchable.

Mais maintenant, pris dans une crise existentielle sans issue évidente, nous commençons à remettre en question ces coordonnées cachées de notre réalité et à réfléchir à un nouveau système d’opération pour la planète Terre. Nous rédigeons une nouvelle histoire, un ensemble d’idées si fondamentales, si systémiques, si profondes qu’un avenir sain et durable est impensable sans elles.

Et ensuite, nous les déployons.

Nous éclatons la conscience collective sur sept fronts critiques.

Sur le plan psychologique, nous développons notre concept des droits de la personne au-delà de nos corps physiques pour l’appliquer dans notre réalité numérique. Vos données deviennent une partie de votre personne. Par la suite, nous lançons la Coalition Libération Mentale (CLM) et nous commençons à reprendre notre espace mental par force — en piratant le système et en manipulant les algorithmes qui nous manipulent.

Sur le plan écologique, nous prenons la main invisible d’Adam Smith pour travailler avec nous au lieu de contre nous. Nous réalisons une réforme capitaliste — une évolution douloureuse, mais nécessaire vers un nouveau type de marché mondial où le prix de chaque produit nous informe de sa vérité écologique.

Sur le plan des entreprises, on lance un boycottage jamais vu, contre l’une des entreprises les plus criminelles du monde — ExxonMobil — et on la fait disparaitre de la surface de la Terre. Une fois que la plus puissante sera tombée, les autres suivront et un Mouvement de Révocation de la Charte des Entreprises verra le jour.

Sur le plan financier, nous obligeons nos dirigeants à éliminer tous les paradis fiscaux. Nous marchons dans le monde entier pour une taxe Robin des Bois de 1% sur toutes les transactions boursières et monétaires. Nous faisons pression pour que de nouveaux règlements soient mis en place pour refroidir la fièvre folle de la négociation par robot. Nous proposons une idée élégante : il faut conserver une action pendant 24 heures après son achat avant de la vendre.

Sur le front économique, nous mettons en place des cellules subversives dans les départements d'économie des universités du monde entier, et nous commençons à perturber les cours, à placarder des affiches et à clouer des manifestes Kick It Over sur les portes des professeurs. Nous dénonçons la science économique actuelle comme une profession nuisant, désastreusement déréglée. Nous réalisons un saut révolutionnaire dans la pensée économique — un changement de paradigme vers un nouveau modèle qui fonctionne dans le monde réel.

Sur le plan politique, nous rendons le secret tabou dans tous les domaines de la sécurité nationale, sauf les plus délicats. Nous mettons un frein au commerce des armes. Nation après nation, nous adoptons des amendements constitutionnels exigeant des référendums dans lesquels aucune guerre ne peut être déclenchée sans l'assentiment de la majorité du peuple.

Sur le plan esthétique, nous transformons le ton ambiant du monde. Nous sortons de la ligne droite impie et immorale sur laquelle nous sommes coincés depuis un siècle et apprenons à vaciller à nouveau.

Grâce à ces transformations métamémétiques, nous remettons notre expérience sur la planète Terre sur une voie saine et durable.

*

À ce stade, certains d'entre vous pensent que c'est de la folie, de l’impossible. Des bouleversements sociaux, politiques et culturels monumentaux comme ceux-ci prennent des générations — parfois des siècles — à se mettre en place, si jamais ils se mettent en place.

Mais, chers lecteurs, c’est le point crucial, le renversement d'esprit de cette vision. Ce que nous disons, c'est qu'au fur et à mesure que nos écosystèmes s'effondrent, que nos esprits s'embrouillent, que le centre cède et que nous commençons à nous enfoncer dans une ère sombre, des opportunités vont se présenter.

C’est l’ironie du sort. Une fois que nous avons réalisé que nous sommes condamnés si nous ne faisons rien, c'est un endroit étrangement libérateur. Cela signifie que nous n’avons rien à perdre. C’est alors que tout et n'importe quoi deviennent soudainement possibles, quand tous les homélies, préceptes et paradigmes que nous avons pris pour acquis pendant des siècles commencent à s'effondrer.

Lorsque les entreprises contrôlent le monde, un mouvement de révocation de la charte rétablit la raison.

Lorsque la mère de tous les effondrements financiers frappe, une remise en question fondamentale du capitalisme commence.

Lorsque les réfugiés commencent à affluer dans le monde par centaines de millions, le Nous et le Eux deviennent indiscernables, et la peur de l'Autre s'estompe.

Quand l’anxiété, les troubles de l’humeur et la dépression prennent des proportions épidémiques, un Front de Libération Mentale est né.

Nous sommes dans un moment de changement de pouvoir géopolitique.

Les structures de pouvoir hiérarchiques ascendantes et descendantes qui ont régi le monde pendant des milliers d’années s'effondrent devant nos yeux. La rue a maintenant une influence sans précédent. Nous savons ce que nous voulons. Après des siècles de domination par des rois, des empereurs, des tyrans, des fous, des fascistes, des communistes, des dictatures militaires et des conglomérats, nous, le peuple du monde, sommes maintenant prêts à prendre en charge notre propre destin et à commencer à faire la loi depuis la base.

Et si les dirigeants, les politiciens, les intellectuels et les experts de l'ancien ordre mondial refusent de nous écouter, alors, armés de nos métamemes, nous nous précipitons dans les rues et faisons le travail par la seule puissance des essaims enragés de l'humanité qui hurlent pour être délivrés d'un avenir qui ne tient pas debout.

C’est la Troisième Force!

Je suis sur le point de vous donner les codes.

Êtes-vous prêts?