Un Moment “Tahrir” à Wall Street

Surgira t'il des acampades populaires dans les quartiers financiers du monde?

Collin David Anderson

Le samedi 17 septembre beaucoup de nous abservions bouleversès le deplacement de 5000 américains, jusqu'au quartier financier du sud de Manhattan, avec des méssages, des pancartes, criant des consignes, qui marchais vers la “ Gomorre financière de la nation. Ils promirent occuper Wall Street, faire juger les banquiers, mais la police de New York frustra leur decisión de bloquer la rue symbolique au moyen de barrieres et points de control. Loin de se décourager, les manifestants faisaits des tours dans la zone. Ils organisèrent une assamblèe populaire et ètablirent une acampade semi-permanente de proteste dans le parc Liberty Street, tout près de Wall Street et de la banque de la Réserve Fédérale de NY.

300 personnes restèrent la nuit. Plusieures centaines de renforts arrivèrent le lendemain et déployerént leurs sacs de couchage. Quant ´ils twitterènt au monde qu'ils avaient faim, une pizzerie voisine reçu des commandes pour une valeur de 2800 dólars, á leur porter dans une heure. Confortés par une vague de solidarité internationale des américains indignés afirment qu'il resteront lá pour recevoir les banquiers quant la bourse ouvrira le lundi. ABC News informe que bien que les manifestants n'aient pas le permis pour se concentrer, le departement de police de NY n'a pas d'ordre de les arreter. Les organisateurs nous informent qu'ils se preparent á résister sur place le plus longtemps possible.

Le monde regarde et se demande: si cela est l'étincelle d'un “moment Tahrir” aux EEUU?

Le mouvement “OCCUPYWALLSTREET” s'inspirera des assambleès populaires d'Espagne et surgit par la publication d'une affiche á double face dans le numéro 97 de la revue Adbusters, mais il fut orquestré par des activistes indépendeans. Tout commença quant ADBUSTERS demanda á son réseau “d'agitateurs culturels” ( culture jammers)d'innonder le sud de Manhattan, de tentes, cuisines, barricades pacifiques et d'ocuper Wall Street pendant quelques mois. L'ideé fut accoeillie immediatement dans tous les réseaux sociaux et les activistes non adscrits construirent une web de code ouvert pour s'organiser. Quelques jours après 150 personnes se reunirent en Assemblée génèrale à New York.Les activistes serait le noyau organizateur de l´occupation. L´aure d´ANONIMUS a impulssé l´action jusqu´au moyens de comunication dominants. Son ´video comunique´´ d´appui á l´action eut 100 000 visites et le departement de Sécurité Nacionale envoya un avis aux banquiers de la nation. Quant au mois d´aout, les indignés españols annoncèrent une action solidaire dans le quartier financier de Madrid. Les activistes de Milan, Valencia,Londres, Lisbone, Athenes, San Francisco, Madison, Amsterdam, Los Angeles, Israel et d´autres ont promis de faire de meme.Il existe dans les rue du monde le sentiment commun de que l´economie mondiale est un fraude dirigé part les poids lourds des finances. Des gens de toute part se reveillent et se rendent compte que quelque chose ne va pas du tout dans un systeme dans lequel les trasactions financieres speculatives montent dans une journée a 1300 millionsde dollars (50 fois plus que la somme des transactions commerciales ) Dans un compte rendu de l'ONU , dans les 35 pays dont on dispose de rensignements,les presque un 40% des personnes qui cherchent un emploi sont restées plus d´un an sans travailler.

Les directeurs éxécutifs, les grandes corporations et les riches s´apropient de part de notre pays et je crois que le moment est arrivé de le récuperer.,dit un activiste qui participait de la proteste.. Jason Ahmadi, qui voyagea de Okland ( pa personnesifornie) , explica que beaucoup déntre nous sentons qu´ il y a une grande crise dans notre économie, et cette crise a été crée en partie par les individus qui font leurs affaires içi. Bill Steyers , ancien combattant du Vietnam qui habite Queens, dit : “ c´ est une cause qui vaut la peine parce que Wall Street est constitué par un groupe militariste et de parasites.

Les gens en sont pas seulument fachés. Ils ont la sensation que les solutions conventionnelles de la crise économique, proposées par nos politiques et les économistes renommés : _ stimuler,découper,baisser les types d´interets, augmenter la consommation.- sont des options qui en fonctioneront pas. Il faut des changements plus profonds.... exemple: la taxe “ Robin Hood” sur les transactions financières, restaurer la loi Glass Steagall aux Etata Unis. Ou interdir les opérations “flash” les plus fréquentes. Il faut réduire “ les trop grandes banques “et faire qu´elles soient au service des gens, de l´economie et la société.Les escrocs financiers responsables de l´ecroulement de 2008 doivent etre jugés et condannés á de longues peines de prison. Finalement , et le plus important, sont les solutions á long terme : se poser la question de comment nous mesuront le progrès et nous questionnez sur notre forme de consommer.

Si les actuels problèmes économiques en Europe et aux Etats Unis, entrent dns une spirale prolongée de récétion mondiale, les acampades populaires se convertirons en stationnement fixe dans les quartiers économiques et aux alentours des bourses de valeurs le long du monde. Si nos démandes ne sont pas écoutées et une réforme essentielle du régime économique mondial ne soit pas accordé, nos acampades urbaines surgirons de tous les cotés.

Bravo pour ces personnes courageuses de l´acampade de Liberty Street á New York. Chaque nuit de pernanence d´OCCUPYWALLSTREET augmentera les possibitées d,un soulèvement mondial bien développé contre les affaires conventionnelles.

Une version éditée de cet article a été publiée á l´origine par The Guardians, sous le titre “L´appel pour occupper Wall Street resonne dans tout le monde”

Translated by Voluntary Translator Brigades ([email protected])